Rapace nocturne juvénile

Tables des matières

 

1 - Reconnaître le stade (âge)

Stade 2

Stade 1

Stade 3

Oisillons avec les yeux fermés ou très peu ouverts :

 

Si l’oisillon en duvet n’a pas les yeux grands ouverts, il est trop jeune pour être hors du nid, il devra vite être réchauffé et pris en charge selon la procédure décrite ici.

 

Oisillons non volants et en phase d’émancipation :

 

Si l’oisillon a les yeux bien ouverts, est non volant, et présente du duvet visible entre des plumes déjà formées, il peut être en phase naturelle de développement hors du nid. 8 de ces 9 espèces finissent de grandir en se déplaçant hors du nid pendant une dizaine de jours environ. La Chouette hulotte est l’espèce qui sort le plus tôt du nid, dès le mois de février. La chouette Effraie des clochers est la seule qui se développe dans et à proximité du nid jusqu’à pouvoir voler et qui ne se retrouve donc pas au sol.

 

Adultes :


Les oiseaux adultes ont des plumes sur l’ensemble du corps et volent.

 

 

2 - De quelle espèce s'agit-il ?

Adulte

Poussin

Chouette Hulotte

C’est l’une des 2 espèces qui a les yeux noirs. Elle a un cercle fascial en forme de 8 inversé. Son œil noir est entouré d’un cercle rose.

Elle vit dans les milieux forestiers, parfois urbain, et niche plutôt dans le creux des arbres.

La phase d’émancipation commence dès le mois de février. Le plumage est composé de duvet blanc ou gris strié.

A l’âge adulte, le plumage peut être strié gris ou roux.

 

C’est l’une des 2 espèces qui a les yeux noirs. Elle a un cercle fascial en forme de cœur et le plumage blanc ou couleur crème.

Elle vit en milieu agricole et niche souvent dans les granges ou les greniers.

Il s’agit de la seule espèce qui n’a pas de phase d’émancipation loin du nid.

 

Ses yeux sont jaunes. Elle est de petite taille et tient dans la main. Le plumage est blanc tacheté de brun.

Elle vit en milieu agricole, et niche souvent dans les cavités des cabanons ou les creux d’arbres.

Sa phase d’émancipation a lieu entre début juin et fin juillet. Le plumage est composé de duvet brun tacheté de blanc.

A l’âge adulte, le plumage est de couleur blanc strié de marron sur le poitrail ; et de brun tacheté de blanc sur le dos et les ailes.

 

Il est présent en été, plutôt dans le sud de la France. Les yeux sont jaunes et il est de petite taille, il tient dans la main. Il a 2 aigrettes – ensemble de plumes qui se soulèvent – sur la tête.

Il se retrouve aussi bien en milieu urbain qu’en zone boisée.

La phase d’émancipation a lieu entre fin juin et fin août, le plumage est alors composé de duvet brun strié de noir.

A l’âge adulte, le plumage est gris / brun, il ressemble aux couleurs de l’écorce.

 

Il a les yeux jaunes / orangés. La taille peut être comparée à la taille d’un melon. Il présente 2 aigrettes – ensemble de plumes qui se soulèvent – sur la tête.

En phase d’émancipation, il a le plumage composé de duvet brun strié de noir.

A l’âge adulte, le plumage est de couleurs crème et brun strié de noir.

 

Il a les yeux jaunes / orangés. Il s’agit du plus grand rapace nocturne d’Europe. Il mesure environ 60 cm de haut. Il présente 2 aigrettes – ensemble de plumes qui se soulèvent – sur la tête.

Il fréquente les milieux forestiers et les falaises.

En phase d’émancipation, le plumage est composé de duvet brun clair strié de noir.

A l’âge adulte, le plumage est de couleurs mélangées de gris, roux et noir.

 

Elle a les yeux jaunes. Elle est de petite taille et tient dans la main.

Elle est rare en France et fréquente les milieux forestiers.

En phase d’émancipation, son plumage est composé de duvet brun agrémenté de petits points blanc.

A l’âge adulte, le plumage est blanc strié de brun sur le poitrail et brun foncé agrémenté de petits points blancs sur le dos et les ailes.

 

Ses yeux sont jaunes. Il présente 2 petites aigrettes – ensemble de plumes qui se soulèvent – sur la tête.

Il fréquente les milieux ouverts et les marais.

En phase d’émancipation, le duvet est brun caramel marbré de marron, avec un masque noir sur les yeux

A l’âge adulte, le plumage est couleur crème strié de noir sur le poitrail ; et marbré de blanc, brun, roux sur le dos et les ailes.

crédit : vaidyarupal

Les yeux sont jaunes. Elle est de petite taille et tient dans la main.

Peu visible, elle fréquente les milieux forestiers.

En Phase d’émancipation le plumage est marron chocolat pratiquement uniforme, avec quelque tache blanche légère sur le bas du corps et les ailes.

Son plumage est brun et blanc. Elle possède un disque fascial de couleur unie claire.

crédit : Bouke ten Cate

crédit : Maik Meid

 
 

Effraie des clochers

Chevêche d'Athéna

Chevechette d'Europe

Petit duc scops

Hibou moyen-duc

Grand-duc d'Europe

Hibou des marais

Chouette de tengmalm

 

3 - Faut-il intervenir ?

Stade 1 : Quelque soit l'espèce, tout rapace nocturne à ce stade doivent être pris en charge. Le nid étant souvent inaccessible, le replacement est souvent complexe, voir impossible.

 

Stade 2 :  Si vous trouvez autour de l'animal les parents ou d'autres juvéniles de la fratrie, c'est qu'il y a un problème. L'oiseau doit être récupéré (voir Procédure de prise en charge plus bas). Sinon, comme expliqué plus haut, il s'agit d'une situation tout à fait normale, les parents ne sont pas loin ! Vous pouvez replacer l'oisillon

ATTENTION ! L'Effraie des clochers fait office d'exception ! Quelque soit le stade de cette espèce, un juvénile hors du nid ne sera pas prit en charge par ses parents. Il faut donc récupérer l'oisillon et le transférer en centre de soins pour la faune sauvage. 

 


Stade 3Si vous pouvez attrapez une adulte c'est qu'il y a un soucis, aucun adulte en bonne santé ne se laisserai attraper, même sans signe  de blessure externe, il doit être prit en charge

En cas de présence de sang ou de blessure visible ( aile qui pend) :
quelque soit le stade, l'oiseau doit être emmener en centre de sauvegarde rapidement.

Procédure de prise en charge

- Privilégiez un carton solide préalablement troué et qui peut se fermer, ou une cage de transport pour chat. Mettez y au fond du papier journal.

-Munissez-vous de gants en cuir, d'une serviette épaisse ou de votre veste, et capturez l’oiseau, les ailes plaquées contre le corps, tout en faisant attention aux serres. Pensez à bien fermer le conditionnement et mettez-le dans une pièce au calme et à température ambiante.

Sans conseil d’un centre de sauvegarde, ne donnez ni eau, ni nourriture à l’animal au risque d’aggraver son état.

-Pour finir, placez une source de chaleur contre le carton, ou directement à l’intérieur pour un oisillon aveugle ou avec les yeux mi-clos. Evitez de mettre le carton près d'un radiateur ou en plein soleil car cela déshydrate l'oiseau. Préférez une bouillotte, une bouteille d'eau chaude ou un tapis chauffant. Puis contactez un centre de soins pour la faune sauvage et suivez leurs conseils.

 
 
 

Remettre un jeune hibou ou chouette avec ses parents :
 

Si l’oiseau n’est pas en situation de danger immédiat, vous pouvez le laisser sur place. Les parents viendront le nourrir durant la nuit. Ils protègent également leurs oisillons. Par exemple, il a déjà été observé qu’un parent hibou petit-duc scops – qui fait la taille d’une main – s’attaque avec succès à un chat, qui tentait de prédater l’oisillon au sol, pour le faire fuir.

S’il est en situation de danger immédiat (ex : sur une route), munissez-vous de gants en cuir et déplacez l’oiseau dans les 50 mètres aux alentours. En phase d’émancipation, les parents sont habitués à ce que leur progéniture s’éloigne de plusieurs dizaines à centaines de mètres chaque jour. Ils le retrouveront rapidement.

Vous pouvez également utiliser la technique du nid artificiel pour replacer un jeune oiseau avec ses parents. Il faudra réaliser une installation bien réfléchie afin d’éviter à l’oisillon de se retrouver vulnérable face à un prédateur ou aux intempéries.

4 - Le replacement des oisillons

La technique du nid artificiel :

Le matériel nécessaire : un carton ouvert profond de 2 fois la taille de l’oiseau, ou une cagette profonde, du journal et de la corde.

Le nid devra être installé dans les 50 mètres autour de l’endroit où il a été trouvé.

Mettez du journal au fond du carton/cagette, arnachez-le à un endroit inaccessible aux prédateurs éventuels et aux intempéries (pluie, vent, soleil). Vous pouvez l’accrocher sur un rebord de fenêtre en hauteur, à une branche d’un arbre, à un volet…

Les parents viendront la nuit pour déposer de la nourriture dans le carton/cagette. L’oisillon pourra en sortir une fois qu’il sera assez musclé pour se percher en hauteur.

A savoir :
Si vous avez touché un oisillon à main nue, pas de crainte, les parents reprendront la charge de leur progéniture. Les oiseaux n’ont pas la même sensibilité vis-à-vis de l’odorat que les mammifères. Vous pouvez tenter de remettre un oisillon avec ses parents quelques jours après l’avoir récupéré. Dans la majorité des cas, les parents reprendront son élevage.

Dans les explications précédentes, nous insistions bien sur le placement d’un fond de cage clair (journal) concernant le nid artificiel. C’est donc maintenant que tout cela a son importance, car cela vous permettra de voir si l’oiseau produit bien des fientes, et donc s’il est bien pris en charge par les parents. 

Une fois la caisse installée, il est très important de s’éloigner et de ne pas rester à côté du jeune : les parents pourraient ne pas venir par crainte de votre présence. 

Si le lendemain vous voyez sur la surface des fientes brunes et blanches (voir photographies), c’est parfait ! L’oisillon a reçu de la nourriture ! Dans ce cas-là, en fonction de la technique choisie, il ne faut plus déranger la petite famille et laisser les choses suivre leur cours. 

5. Comment savoir si les parents nourrissent bien le jeune ?

Par contre, si vous ne voyez que des selles blanches ou de couleur blanche et verte (photographie ci-dessous), alors les parents ne sont plus là. Il faut donc prendre en charge l’oisillon. Pour cela, mettez-le dans une caisse préalablement trouée et apportez-lui une source de chaleur comme une bouillotte ou une bouteille d’eau chaude enroulée dans un tissu. Ne le forcez pas à boire ou à manger, et ne mettez pas d’eau directement dans le bec au risque que le liquide passe dans les voies respiratoires. Contactez ensuite le centre le plus proche de chez vous : https://www.w-r-u.org/liste-des-centres. 
 

La technique proposée a fonctionné à merveille ? N’hésitez pas à nous envoyer une vidéo ou photographie de votre installation et/ou de la visite des parents sur notre page facebook WRU – Wildlife Rescue Union (https://www.facebook.com/WildlifeRescueUnion/). Celles-ci seront utiles pour nos études et conseils personnalisés. Merci !

 

Aurélie Amiault

Siège social :

Wildlife Rescue Union

La haute burliere. 84750 Viens 

  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2019 Wildlife Rescue Union